Lettres du Liban – 25 décembre 2008

Vendredi, décembre 26th, 2008

college english papers

Tripoli, capitale de l’islam Sunnite

Promenade à Tripoli, la plus grande ville du nord du pays (500 000 habitants), capitale de l’islam sunnite libanais, proche de la frontière syrienne. Ici, les voiles et les hidjabs ont remplaçé les jupes courtes et les pantalons taille basse. A midi, des nombreuses mosquées montent les appels à la prière. Place Karamé (nom d’un ancien Premier ministre), le mot « Allah », sculpté dans la pierre, accueille le visiteur. Aux portes de la ville, aux carrefours, l’armée veille. Des militaires stoppent et contrôlent les voitures. Régulièrement, des groupes d’islamistes affrontent l’armée. Tripoli a beau compter des familles chrétiennes, dans les rues, rien ne rappelle Noël. Ni lumières, ni sapins, et bien entendu, pas de crèche comme à Batroun. 15 km seulement séparent Tripoli, la musulmane sunnite, de Batroun, la chrétienne maronite. Autant dire rien. Mais cette poignée de kilomètres symbolise toute la difficulté de ce pays. Et ramène à cette question essentielle : comment construire une identité commune avec des religions qui se méprisent et s’ignorent ?

lettres du Liban, 23 d?cembre 2008

Mercredi, décembre 24th, 2008

Je vous ?cris de chez Tony

Depuis plus de 30 ans, le Liban renvoie au monde entier l’image de la violence. Les guerres entre les communaut?s religieuses, les attentats, les larmes et les deuils alimentent l’actualit? internationale. Qui donc parmi vous en France peut s’imaginer, qu’en cette veille de No?l, je vous ?cris d’un lieu de beaut? et de s?r?nit? ? Les pieds dans l’eau, face ? cette Mer M?diterrann?e, matrice de notre civilisation. Cet endroit idyllique a un nom: « chez Tony », un minuscule restaurant de bois et de paille, coinc? entre les rochers. De la terrasse, j’aper?ois la ville de Batroun, ancien port ph?nicien b?ti il y plus de 3 000 ans. Ici, ? 40 km au nord de Beyrouth, tout n’est?que paix et?harmonie. Le clocher de la cath?drale maronite San Stephano cohabite avec l’?glise Saint Georges o? prient les orthodoxes. Plus loin, la pr?sence d’un petite mosqu?e ne pose aucun probl?me. Les pierres sont souvent plus tol?rantes que les hommes. Batroun compte 40 000 habitants: 96% de chr?tiens, maronites en majorit?, pour seulement 4% de musulmans. Dans le vieux soukh, la foi s’exhibe. Dans les ruelles, les fa?ades des maisons s’ornent d’images de saints locaux, de croix et de statues de la Vierge Marie.?La vieille ville est une merveille de l’architecture arabe, une sorte de?J?rusalem ignor?e fort heureusement des guides de voyages, ce qui???vite les d?f?rlements?touristiques. Combien de temps encore Batroun restera pr?serv?e des affres du mercantilisme lib?ral ? Comme Beyrouth, la capitale du pays o? chaque nuit, les night-club du centre ville se remplissent d’?mirs du Golfe, venus s’encanailler avec des professionnelles du plaisir, d?barqu?es d’Ukraine ou de Bielo-Russie. Tout autour de Batroun, ?s’?l?vent les montagnes de l’arri?re pays. En cette p?riode, elles resplendissent de lumi?res. Etoiles et croix illumin?es signalent les nombreux?monast?res et les ?glises des villages environnants. A l’int?rieur des maisons, dans les jardins, les Batrounais rivalisent d’ing?niosit? pour construire leurs cr?ches. Cette ann?e encore, il seront des milliers d’?migr?s?? renter au pays, pour f?ter la naissance du Christ. Demain soir, des ?glises?bond?es monteront les chants.? Miracle de cette chr?tient? libanaise, qui malgr? les drames de l’histoire, la mont?e des?extr?mismes, l’immigration de ses fid?les maintient co?te que co?te ses traditions.?Bienfait d’une pr?sence qui garantit un pluralisme religieux, dans une r?gion et un environnement plus musulman que jamais.

persuasive essay writing