Liban I : Sami, un retraité heureux à Batroun

Mardi, mars 9th, 2010

Aujourd'hui, Luc se balade à Batroun en compagnie de Sami El Khabbaz, bientôt 60 ans et retraité malgré lui… Mais, c’est un retraité heureux finalement qu’a rencontré Luc Balbont.

Du petit théâtre romain au port phénicien, notre reporter a suivi ce catholique libanais dans les ruelles de cette petite ville nichée sur les rives de la Méditerranée. Bref, un petit coin de paradis peu connu des circuits touristiques. Une visite savoureuse ponctuée par les souvenirs d’enfance de Sami.

Pour cette première virée sonore, le son laisse à désirer. Ah les communications sur téléphone portable ne valent pas la qualité du fixe ! Allez, on va essayer d’y remédier la prochaine fois. Rendez-vous le 10 mars à Byblos.

Ecoutez la première chronique audio de Luc Balbont au Liban : « Sami, un retraité heureux à Batroun ».

Estelle Couvercelle

zp8497586rq

lettres du Liban-24 décembre 2008

Jeudi, décembre 25th, 2008

                                                 » 17 religions, 17 Etats « … Les inquiétudes de Rim
professional essay
Rim, la cinquantaine joyeuse, tient une boutique de gâteaux orientaux et de boissons dans la rue principale de Batroun. Depuis des générations, sa famille fabrique et vend l'une des meilleures limonades du pays. Rim a tout pour être heureux : une femme charmante et trois enfants qui réussissent bien dans leurs études. Charly, son fils aîné, 21 ans, s'apprête a boucler ses valises pour soutenir une thèse en énergie nucléaire en France, au Centre d'études atomiques de Saclay,  s'il vous plaît ! La grande fierté de Rim. Et ce soir, tout son clan se réunira au village pour fêter Noël. Pourtant, quand je m'installe à sa terrasse ce matin pour boire le café turc, le bonhomme n'est pas dans son assiette. D'habitude si jovial, Rim fait grise mine.  » Je ne sais pas si Charly qui part en France bientôt, attaque-t-il, pourra revenir travailler au Liban un jour ! Ce pays n'a pas d'avenir… Nous nous battrons toujours… Nous avons 17 religions » déplore  Rim, avant de conclure : « 17 religions et autant d'Etats, avec pour chacun un pays extérieur qui le soutient. » Rim énumère:  » Les Maronites avec l'Occident, les orthodoxes penchent pour la Russie, les Sunnites avec l'Arabie saoudite, nos druzes marchent avec la Syrie et les chiites au sud sont les alliés de l'Iran… Comment veux-tu que l'on arrive a construire un Liban vraiment uni et indépendant !  »

765qwerty765

lettres du Liban, 23 décembre 2008

Mercredi, décembre 24th, 2008

Je vous écris de chez Tony

Best bonus casino online
Depuis plus de 30 ans, le Liban renvoie au monde entier l'image de la violence. Les guerres entre les communautés religieuses, les attentats, les larmes et les deuils alimentent l'actualité internationale. Qui donc parmi vous en France peut s'imaginer, qu'en cette veille de Noël, je vous écris d'un lieu de beauté et de sérénité ? Les pieds dans l'eau, face à cette Mer Méditerrannée, matrice de notre civilisation. Cet endroit idyllique a un nom: « chez Tony », un minuscule restaurant de bois et de paille, coincé entre les rochers. De la terrasse, j'aperçois la ville de Batroun, ancien port phénicien bâti il y plus de 3 000 ans. Ici, à 40 km au nord de Beyrouth, tout n'est que paix et harmonie. Le clocher de la cathédrale maronite San Stephano cohabite avec l'église Saint Georges où prient les orthodoxes. Plus loin, la présence d'un petite mosquée ne pose aucun problème. Les pierres sont souvent plus tolérantes que les hommes.

Batroun compte 40 000 habitants: 96% de chrétiens, maronites en majorité, pour seulement 4% de musulmans. Dans le vieux soukh, la foi s'exhibe. Dans les ruelles, les façades des maisons s'ornent d'images de saints locaux, de croix et de statues de la Vierge Marie. La vieille ville est une merveille de l'architecture arabe, une sorte de Jérusalem ignorée fort heureusement des guides de voyages, ce qui  évite les défèrlements touristiques. Combien de temps encore Batroun restera préservée des affres du mercantilisme libéral ? Comme Beyrouth, la capitale du pays où chaque nuit, les night-club du centre ville se remplissent d'émirs du Golfe, venus s'encanailler avec des professionnelles du plaisir, débarquées d'Ukraine ou de Bielo-Russie.

Tout autour de Batroun,  s'élèvent les montagnes de l'arrière pays. En cette période, elles resplendissent de lumières. Etoiles et croix illuminées signalent les nombreux monastéres et les églises des villages environnants. A l'intérieur des maisons, dans les jardins, les Batrounais rivalisent d'ingéniosité pour construire leurs crèches. Cette année encore, il seront des milliers d'émigrés à renter au pays, pour fêter la naissance du Christ. Demain soir, des églises bondées monteront les chants.  Miracle de cette chrétienté libanaise, qui malgré les drames de l'histoire, la montée des extrémismes, l'immigration de ses fidèles maintient coûte que coûte ses traditions. Bienfait d'une présence qui garantit un pluralisme religieux, dans une région et un environnement plus musulman que jamais.

765qwerty765