lettres du Liban – 30 décembre 2008

Le courroux  de Zeina

J’ai lu ma dernière lettre à Zeina, datée du 29 décembre. Elle n’a pas aimé, mais alors pas du tout. La première partie notamment, où je décris Hassan Nasrallah, le chef du hezbollah et la manifestation de soutien aux Palestiniens de Gaza qui s’est déroulée hier à Beyrouth. «  Tu as une vision occidentale, m’a-t-elle dit sur un ton agressif, tu stigmatises les musulmans sans dire un mot de la sauvagerie des Israéliens, qui tuent des enfants, et imposent leur volonté par la force. »

La cinquantaine passée, Zeina, chrétienne maronite, est dentiste à Beyrouth. Laïque et féministe, j’ai bien du mal à comprendre la sympathie qu’elle éprouve pour les islamistes. « Je n’ai aucun penchant pour le tchador et je n’ai pas envie de voir mon Liban se transformer en une République islamique, précise-t-elle aussitôt, mais ce n’est pas en diabolisant les musulmans, comme vous le faites trop souvent en France, qu’on parviendra à les convaincre des bienfaits de la démocratie, de la laïcité, et de l’émancipation des femmes. » Arabe et fière de l’être, Zeina a vécu trois ans en France. Et si elle a aimé Paris, les chateaux de la Loire et nos fromages, elle a été choquée par le mépris des Français envers le monde arabe, et par notre manière de généraliser cette culture et ces peuples multiples, « en les considérant comme des sous-développés. Il y a, dit-elle, un racisme anti-arabe profond chez vous. La façon dont vous imitez notre accent, dont vous nous singez. Pour vous, nos hommes sont tous des fourbes sanguinaires, qui portent cagoule et hache, et qui aspirent au martyr au nom de l’islam. Les Français ne parviennent pas à oublier la guerre d’Algérie. » Quand elle parle d’Israël, cette jeune femme, élégante et raffinée sort de sa réserve habituelle : « Comment un peuple moderne, dont vous vous sentez  proche, ne parvient pas à comprendre qu’il n’arrivera à rien par les armes, et que chacune de ses victoires imposées par la brutalité de ses soldats, engendre un sentiment plus fort de haine et de revanche chez les Arabes, et pas seulement parmi les intégristes musulmans, comme vous le pensez. Le dialogue, le partage des richesses et  du savoir sont les seuls moyens sûrs de parvenir à la paix. »  

write essays for me

31/12/2008

Comments are closed.