Notre reporter Samuel Lieven en Haïti I

Mardi 19 janvier

6h30 – Réveil à Santo Domingo, capitale de la République Dominicaine où j’ai atterri, la veille, avec le photographe reporter Jean-Michel Delage. Notre seule préoccupation : être à Port-au-Prince (Haïti) avant la nuit. Pas une mince affaire par les temps qui courent.

A l’autre bout – 200 km à peine – de la petite île où Christophe Colomb posa le pied il y a 518 ans, on n’a rien ressenti du séisme qui a dévasté Haïti. D’ailleurs, la frontière est hermétique. Côté est, la République Dominicaine est le royaume du tourisme et de la canne à sucre. On est loin de l’opulence, mais la croissance de l’industrie hôtelière sur la côte tranche avec la pauvreté à l’intérieur du pays. Côté ouest, Haïti la déshéritée, la dévastée que nous devons rallier en bus
8h30 – A la station routière
, des dizaines d’Haïtiens, la plupart détenteurs de passeports américains, tentent de regagner le pays. Comme Pasqualine, émigrée en Floride depuis une quinzaine d’années. Elle vient d’apprendre que sa sœur n’a pas survécu au séisme et veut récupérer quelques affaires. Dans la bousculade à l’ouverture du guichet, d’autres confessent la perte d’une fille, d’un frère ou de cousins. D’autres encore, comme Daniel, 23 ans, n’ont aucune nouvelle. « J’ai économisé de quoi me payer un billet pour aller me rendre compte sur place »

12h – Départ, enfin ! Huit heures de route. Dont une à patienter à la frontière vers la tombée de la nuit. La salle où les agents haïtiens tamponnent les passeports est plongée dans l’obscurité. Ici, pas d’ampoule, pas d’électricité. Les deux étrangers que nous sommes passons donc inaperçus…

20 h – Aux abords de Port-au Prince, nous découvrons les premiers édifices écrasés. De chaque côté de la route, sur des kilomètres, la foule s’affaire dans la nuit épaisse à la lueur de torches ou de feux de détritus.

21 h – Arrivée à la station routière de Pétionville où les gens s’activent comme un jour de marché. Tous vont coucher dehors. Jacques Duffaut, l’ « officier presse » du Secours catholique – Caritas France, est au rendez-vous. En l’absence de liaison téléphonique, nous ne communiquions que par SMS ces derniers jours.

skin whitening forever

20/01/2010

Comments are closed.