lettres du Liban – 6 janvier 2009

La France vue du Liban

casino online

Dans son marathon proche oriental qui le conduit, depuis hier, en Egypte, dans les Territoires palestiniens, en Israël et en Syrie, Nicolas Sarkozy fait une halte de quelques heures au Liban. De tous les pays de la région, le Pays du Cèdre est le seul où la France garde encore une certaine influence. Aujourd’hui, il sera reçu à Baabda, le Palais présidentiel, puis il ira rendre visite aux militaires français, qui, dans le cadre  de la Force Internationale des Nations Unies au Liban (Finul) s’efforcent de maintenir la paix dans le sud du pays, entre le Hezbollah (le Parti de Dieu musulman chiite libanais) et l’armée israélienne.

La paix ! C’est justement pour elle que le président Sakozy vient au Proche-Orient, tenter de convaincre les belligérants de mettre fin à la guerre à Gaza. Parviendra-t-il à arracher un cessez-le-feu ? La plupart des Libanais en doute. « La France n’est plus celle du général de Gaulle, qui pouvait faire plier le monde », commente Boutros, vieux commerçant de Jbeil…. Son neveu Maurice, 32 ans, rigole : « Je vois  mal votre Sarkozy imposer un retrait aux Israéliens. On a beau détester l’Amérique de Bush, sans elle rien n’est possible.» Maurice a demandé du reste un visa pour les Etats-Unis, et attend avec l’espoir de l’obtenir bientôt. « Beaucoup de mes amis ont déposé une demande à l’ambassade. Moi, dit-il, j’espère l’avoir, car c’est plus facile pour nous chrétiens que pour les musulmans. »  

Longtemps chasse gardée de la France, le Liban et les Libanais sont de moins en moins tournés vers notre pays. Et ce n’est plus par la formule « meilleurs vœux » en roulant les «R» que l’on vous souhaite ici la bonne année mais par «un happy new year » sans le moindre accent. Fini aussi le temps, où dans la communauté maronite, ces chrétiens orientaux rattachés à Rome depuis toujours, vous étiez accueilli par cette phrase : « La France ! C’est notre mère ! » Marlène, 25 ans, avoue ainsi : « La France ne m'attire pas autant qu'elle attirait ma grand-mère. Si je devais m’exiler, je choisirais l’Australie. »

La venue de notre président ne met pas non plus les Libanais en émoi. Une demi page d’interview à peine dans les quotidiens libanais d'hier, et quelques reportages, ici et là, sur les chaînes de télé, propriété des politiciens locaux, issus de la majorité pro Hariri. Rien à voir avec la visite du pape Jean-Paul II en 1997, qui avait mis le pays en folie. «  Votre président n’a pas l’envergure de Chirac, son prédécesseur » remarque Georges Traboulsi, employé de banque à Beyrouth. Quand à Hussain, jeune sympathisant chiite du Hezbollah d’une vingtaine d’années rencontré dans un magasin des quartiers sud de Beyrouth, le seul Français qu’il connaisse c’est Zinedine Zidane. Hussain ignore le nom de notre président. « A la mosquée, l’imam m’a juste dit qu’il était avec Israël. C’est vrai, demande-t-il ? ». En revanche s’il hait l’Amérique « qui fait souffrir les musulmans », le garçon cite sans aucune hésitation le nom du nouveau résident de la Maison-Blanche, Barak Obama.

Quand à la langue française, on la parle moins, et le Liban qui restait le seul pays francophone du Proche-Orient, devient de plus en plus anglophone. Dans la famille Khabbaz où j’étais invité hier. Adma, la maman, 66 ans écrit son œuvre en français, mais ses enfants, nés à la fin des années 70, et qui ont pourtant suivi toute leur scolarité en français dans une école religieuse dirigée par les frères capucins, se sentent plus à l’aise dans la langue anglaise. Quand à la troisième génération, celle des 20-25 ans, c’est à l’université américaine de Beyrouth ou dans un établissement anglophone qu’elle préfère poursuivre ses études.

zp8497586rq

06/01/2009

Comments are closed.